Femme triste devant son ordinateur

Vous avez une sensation de duper le monde autour de vous que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel ? Vous avez du mal à accepter les compliments ? Peut-être êtes vous sujet au syndrome de l’imposteur ! Pourtant pas considéré comme pathologique, le syndrome de l’imposteur attise beaucoup la curiosité en psychologie. En effet, elle touche une grande majorité de personnes qui peuvent connaître cette expérience au moins une fois au cours de leur vie.

1. Qu’est ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur peut également être appelé le syndrome de l’autodidacte. Les personnes ayant ce syndrome ont tendance à avoir des doutes constants, à la limite du maladif, face à leurs réussites dans le monde professionnel ou personnel. En effet, vous pensez que votre réussite est liée uniquement à des éléments externes, tels que la chance, son entourage et/ou de bonnes coïncidences.
C’est pourquoi, vous avez constamment l’impression que vous fraudez ou trompez les personnes autour de vous. Vous vous considérez comme une personne qui passe son temps à duper les autres. Vous pensez donc que vos collègues ou votre entourage vont vous démasquer et que vous allez perdre votre crédibilité.
Cette dévalorisation personnelle et excessive de vos capacités peut être temporaire ou chronique. Mais elle n’est pas irrémédiable.

 

2. La naissance d’un cercle vicieux

Ce syndrome vient d’un sentiment d’insécurité qui est injustifié.

En effet, alors que vous avez l’impression de ne pas mériter votre place. Il vous semble que le niveau intellectuel des autres est toujours plus important. Afin de vous rattraper sur d’ éventuelles lacunes ou un éventuel retard intellectuel, vous vous impliquez davantage dans votre travail et fournissez beaucoup d’efforts. Vous avez l’approbation de vos supérieurs ou de vos professeurs que vous avez donc l’impression d’avoir dupé.
Puis, comme vous minimisez vos propres compétences, vous allez dans le sens des idées de l’idée des autres. Vous vous montrez compréhensif, mais n’avez pas la sensation d’être réellement vous-mêmes, mais plutôt d’être celui qu’on attend que l’on soit.
Vous jouez, inconsciemment ou non, de votre charme pour accéder à certaines faveurs, ou en tout cas, d’être apprécié(e) par votre supérieur. Cette stratégie inconsciente a pour but de vous rassurer sur vos propres capacités afin de quitter cette sensation de tromper les autres. En revanche, à la place, vous resserrez le masque que vous portez puisque cela vous donne, une fois de plus, l’impression d’avoir menti à votre hiérarchie et que cette approbation est due à vos talents de menteur ou à de la chance.

 

3. Dans la vie personnelle aussi

Le syndrome de l’imposteur n’est pas uniquement lié à la vie professionnelle. Il peut également survenir dans notre sphère privée, notamment dans l’éducation et dans la vie de famille.
En effet, un parent peut sous-estimer ses capacités à gérer son environnement familial, ses enfants etc. Votre partenaire peut avoir une image trop élevée de vous quant à cette gestion, ce qui vous donne l’impression de duper également votre famille.

 

4. Quelle est son origine ?

Il n’y a pas une seule explication claire et précise.
En revanche, on constate l’apparition de ce syndrome souvent lorsque nous nous comparons à des personnalités que l’on juge compétentes voire talentueuses, en particulier lors de transition universitaires ou professionnelles. On retrouve également beaucoup d’enfants avec des parents qui ont de brillantes carrières.
Les aînés d’une famille ont tendance à être plus enclins à ce syndrome. En effet, ils ont l’impression que leur réussite est due à tout le soutien qu’ils ont pu avoir de leurs parents.
Sans être l’ainé d’une fratrie, il est possible qu’il y ait eu une pression parentale liée à l’éducation. Des attentes trop importantes face à la réussite professionnelle ou sociale de la part de vos parents peut être la cause de ce syndrome. En effet, vous pouvez avoir l’impression d’avoir toujours eu à faire mieux car vous n’arrivez pas à répondre aux attentes.
A l’inverse, des attentes trop faibles dans votre enfance ou un manque d’attention, vous donne l’impression que vous n’avez pas votre place au sein de votre société ou de votre groupe universitaire.
Pour finir, certaines populations pouvant être considérées comme minoritaires, ont plus tendance à avoir un syndrome de l’imposteur, comme les femmes, les personnes LGBT+, les personnes étrangères au pays, certaines minorités religieuses etc. Effectivement, les minorités subissent de fortes pressions sociales et cherchent à prouver leurs compétences, et pourtant ressentent souvent un manque de confiance en eux. Les stéréotypes et les pensées encore limitées face à certaines différences peuvent engendrer une faible estime de nous-mêmes, ou du moins créer le doute quant à nos compétences.

 

5. Quelles personnalités ?

Même s’il n’existe pas un profil type de personnes souffrants du syndrome de l’imposteur, nous retrouvons pourtant certaines caractéristiques fréquentes.
Dans un premier temps, il y a le manque de confiance en soi et une faible estime de soi. En effet, vous ne croyez pas en vos compétences, en votre valeur et en vos capacités et les reliez à une chance extérieure qui vous a été favorable. Il ne vous semble pas possible que vous puissiez en être capable, de par votre intellect ou vos compétences physiques.
Il y a, donc, dans ces personnalités, un perfectionniste, ou du moins une grande crainte de l’échec (ou la peur d’une réussite injustifiée et non méritée). Ceci est donc lié à un grand surinvestissement. Il est vrai que vous avez la sensation que votre travail n’est jamais assez bon, que même si vous avez répondu aux tâches ou accompli un challenge difficile. Cela peut finir par amener une fatigue psychologique ou physique importante.
Vous pouvez également être sujets à un grand besoin de reconnaissance, que ça soit par votre entourage, soit par votre hiérarchie ou pas vos professeurs. Pourtant, vous essayez d’éviter d’être au centre de l’attention afin d’éviter le risque d’échec.
Pour finir, vous avez peut-être tendance à avoir des pensées ruminantes, à vous demander comment c’est possible d’avoir eu accès à tel poste, ou à une telle école. Vous avez donc tendance à vous dévaloriser et à dénigrer vos compétences.

 

6. Quelle prévalence ?

Ce syndrome n’est pas rare. S’il ne touche pas toujours toute une vie, il est estimé que 70% des personnes ressentent cette sensation au moins une fois au cours de leur parcours académique ou de leur carrière professionnelle.
Ce syndrome apparaît en général lorsque l’on entre dans un nouveau monde lié à certaines de nos compétences, par exemple lors de notre premier emploi, lors d’une promotion, d’un nouveau cursus universitaire etc.
Ce syndrome touche autant les femmes que les hommes. Les recherches ont tendance à plus se concentrer sur les femmes, mais il semblerait simplement que les répercussions et conséquences soient différentes entre les deux sexes. Les femmes finissent souvent pas essayer de trouver de l’aide, alors que les hommes, qui, dans le monde professionnel doivent laisser une image solide, ont tendance à se tourner vers des conduites addictives.

 

7. Quels risques ?

A force de travail acharné afin de répondre aux exigences, à force d’essayer d’atteindre la perfection pour ne pas montrer que l’on est un imposteur, vous risquez davantage le burn out.
De ce fait, la recherche du perfectionnisme augmente le sentiment d’incompétence, puisque les efforts donnés sont plus élevés que ceux que vos collègues peuvent proposer. Vous vous sous-estimez donc, et passez beaucoup de temps sur chaque tâche, ce qui vous contraint parfois à beaucoup procrastiner.
Une dépression, un trouble anxieux ou encore un fort pessimisme vis-à-vis de ses compétences et de sa vie sont constatés. En effet, une constante insatisfaction, fournir beaucoup d’efforts peuvent amener à un épuisement et à des pensées négatives.

 

8. Quelles petites astuces pour s’en échapper ?

Il est toujours mieux d’aller voir un professionnel (psychologue, thérapeute, sophrologue etc.) pour vous aider dans ce mal-être. Un professionnel vous aidera et vous guidera dans une démarche d’affirmation de soi, de confiance en soi et avec qui vous pouvez travailler sur l’estime de vous-même. Un travail sur la culpabilité ainsi que le détachement face au regard de l’autre pourrait être également mis en avant. Pour autant, vous pouvez toujours essayer ces
ces quelques petites astuces pour vous libérer de ce syndrome pour vous aider et avancer de votre côté. Comme cela n’est pas une pathologie, vous pouvez avoir tous les outils pour vous en sortir tout(e) seul(e) :

a. Acceptez-vous comme vous êtes.

Régulièrement, travaillez votre lâcher prise : Respirez, écoutez de la musique relaxante, en laissant entrer en vous toutes les bonnes ondes et en prenant conscience de vos corps et de vos capacités. Soyez reconnaissant de qui vous êtes.

b. Acceptez les compliments.

Soyez reconnaissant(e) de ce que les autres peuvent vous dire, et apprenez à ne pas voir les remarques positives comme des mensonges. Acceptez les, en remerciant la personne, ou en souriant. Pour cela, réfléchissez à ce que vous avez mis en place pour avoir eu ces résultats qui sont satisfaisants, et voyez que cela vient de vous.

c. Soyez au centre de l’attention.

Même si cela peut sembler difficile, proposez de faire des présentations de votre travail, des étapes établies, et les résultats escomptés et/ou établis. De cette manière, vous allez pouvoir mettre en avant ce que vous avez pu faire, mais également, prendre conscience de ce que vous avez réussi à faire grâce à vos compétences.

d. Créer des slogans motivants.

Nous pouvons convaincre notre cerveau de certaines choses. Il suffit de se répéter plusieurs fois des phrases, avec conviction, pour que cela finisse pas fonctionner, et laisser la naïveté de notre cerveau opérer. Ayez des phrases courtes et percutantes en tête, comme “Je suis capable”, “J’ai les compétences”, “Je suis le meilleur dans ce domaine”, “Je suis fier de moi”, que vous vous répétez régulièrement. Si vous êtes visuels, n’hésitez pas à les écrire afin de les lire et relire souvent et à souhait.

e. Estimez les autres à leur juste valeur.

Vos collègues ou camarades peuvent être plus doués que vous sur certains points, mais ne les surestimez pas. Nous avons tous nos qualités et nos défauts, nos compétences et nos faiblesses, et apprenons à nous développer avec. Acceptez de pouvoir apprendre d’eux, mais acceptez également de pouvoir leur apprendre certaines choses.

f. Créer un “tableau à succès”.

Répertorier les différentes situations dans lesquelles vous avez eu des réussites vous permet de vous rendre compte de ce que vous avez pu faire. Faites un tableau à 3 colonnes. Dans la première, faites une description factuelle de la situation (par exemple : J’ai gagné un appel à projets). Dans la seconde, vos pensées automatiques face à cette réussite : à quoi attribuez vous cette réussite (par exemple : A la chance). Dans la dernière, réfléchissez aux facteurs réels de votre réussite, avec les compétences que vous avez pu mettre en avant, vos connaissances sur le sujet, le nombre d’heures passées, l’investissement dont vous avez fait preuve etc.

g. Prouvez-vous, vous-mêmes, qui vous êtes.

Vous n’êtes pas un imposteur, et pourtant vous en êtes persuadés. Prenez une feuille, faites un schéma avec une photo de vous, ou votre prénom au milieu et écrivez tout autour, toutes vos qualités (qu’elles soient professionnelles ou personnelles) qui pourraient vous amener au succès (par exemple : bienveillance, cours de mathématiques, apprentissage rapide etc).

h. Dédramatisez.

Comme vous avez pu le lire, près de 70% des personnes expérimentent un jour ou l’autre ce syndrome. Il est donc temps d’oser en parler, et vous verrez qu’il y a de grandes chances, qu’autour de vous, d’autres personnes ressentent la même sensation. De cette manière, vous allez vous sentir compris par vos collègues ou par votre entourage, et eux, essayeront de s’adapter au mieux pour que vous puissiez retrouver confiance en vos compétences.
De plus, au cours d’une conversation, vous allez pouvoir partager vos astuces avec d’autres personnes qui en souffrent, comme vous.

découvrez nos
solutions et services