TCA

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) définissent des pratiques alimentaires déviantes ayant des répercussions négatives sur la santé physique et mentale de la personne qui en souffre. Le DSM-V répertorie trois principales pathologies : Anorexie, Boulimie et Accès hyperphagique. Dans le traitement des conduites alimentaires dysfonctionnelles, l’obésité est aussi une maladie chronique nécessitant sous-tendue par des processus psychologiques.

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle sont aujourd’hui des alternatives pertinentes aux traitements habituels.  L’immersion est un atout considérable permettant un transfert d’apprentissage perfectionné. En effet, certains exercices proposés pour l’évaluation et la prise en charge de ces troubles sont sous format papier-crayon. La réalité virtuelle optimise ces processus thérapeutiques en plongeant les patients dans une réalité modulable et adaptative en fonction des distorsions cognitives très présentes dans ces pathologies. Les facteurs traités sont émotionnels, avec des expositions aux situations sociales, comportementaux et physiologiques. Les thérapies par réalité virtuelle s’additionnent aux traitements usuels dans une perspective nécessaire de pluridisciplinarité. L’éducation alimentaire pourra ainsi être également proposée sous un aspect virtuel rendant ces apprentissages plus ludiques pour un meilleur engagement thérapeutique.

Dysmorphophobie

Le test des silhouettes a été reproduit pour une évaluation in virtuo. L’immersion favorise la justesse de l’évaluation et offre un outil qualitatif diagnostic supplémentaire. Grâce à ce test, vous pourrez évaluer la sévérité de la dysmorphophobie ou bien mettre à jour les attentes irrationnelles. Afin de corriger les distorsions cognitives liées à l’image corporelle, un environnement reproduisant un corps virtuel modulable par l’IMC face à un miroir est compris dans le dispositif C2Nutri. Cette application permet également d’augmenter la prise de conscience du trouble en confrontant le patient à sa silhouette réelle en comparaison à la silhouette auto-perçue. 

Craving alimentaire

La prise en charge du craving alimentaire est rendue possible grâce à C2Nutri : rayons de supermarché, multiples stimuli alimentaires (sucré, salé), appartement : les patients pourront bénéficier d’un traitement cognitif (pensées automatiques) et comportemental (exposition). 

A la vue des stimuli alimentaires et des situations de tentation dont l’accessibilité est maximisée par la réalité virtuelle, les patients pourront mettre en application les stratégies thérapeutiques enseignées par le soignant. L’écologie des environnements facilitera le transfert d’apprentissage et optimisera ainsi l’emporwerment des patients. 

education nutritionnelle

Composez des e-repas avec un feedback immédiat sur les valeurs nutritionnelles pour augmenter les connaissances nutritives des patients, aider à l’évaluation et la réintroduction des aliments interdits et exposer au craving alimentaire.  Ce module d’apprentissage est outil pluridisciplinaire. En effet, son utilisation se conçoit à travers le prisme de l’éducation nutritionnelle et adapté pour différents professionnels : medecin nutritionniste, diététicien, psychologue, infirmier. De plus, cette application s’adresse à une large patientèle : personnes souffrant d’obésité ou d’anorexie, boulimiques, grignoteurs compulsifs, diabétiques…

découvrez nos
solutions et services

r&d c2care

C2Care c’est aussi un comité scientifique et un réseau de partenaires. Disposant d’un département scientifique, nous développons et validons nos logiciels dans un souci permanent d’efficacité thérapeutique. Aujourd’hui, nous collaborons avec des Universités et établissements de santé dans la réalisation de travaux expérimentaux sur le traitement des TCA. Plusieurs protocoles expérimentaux sont en cours de réalisation avec nos partenaires :

L’équipe du Dr Bat, de l’hôpital Salvator à Marseille a réalisé une étude sur l’évaluation in virtuo de la dysmorphophobie sur des patientes anorexiques. Actuellement, d’autres protocoles expérimentaux sont en cours de réalisation. Les travaux portent sur l’impact d’une prise en charge par réalité virtuelle en addition aux thérapie usuelles. 

La clinique du Grésivaudan à Grenoble va débuter en 2020 des travaux pluridisciplinaires sur la prise en charge par réalité virtuelle de l’anorexie. Les recherches sont dirigées par le Dr Sansonetti-Perrin.

Comment se Déroule une scéance ?

Le déroulement d’une séance en réalité virtuelle sera dépendant des processus à traiter. Le ciblage du craving alimentaire bénéficiera de la même méthodologie que celle utilisée pour les addictions. Les patients seront exposés à des indices alimentaires suscitant le craving ce qui offrira aux praticiens une fenêtre sur les cognitions actives en lien avec le comportement problématique.

Concernant l’anorexie, le focus thérapeutique sera mis sur le traitement de la dysmorphophobie. Les patients vont en premier lieu passer le test des silhouettes en réalité virtuelle. L’évaluation de la sévérité de la dysmorphophobie sera rendue plus qualitative par le bénéfice de l’immersion.

Afin de réduire les distorsions liées à l’image corporelle et d’augmenter l’insight, des expositions au corps virtuel modulable ajoutées aux techniques de body swapping constitueront des méthodologies additionnelles aux prises en charge usuelles.

Qui peut être traité ?

Les enfants, adolescents, adultes et personnes âgées peuvent bénéficier d’une Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle.

Des restrictions existent cependant concernant :

– Les enfants de moins de 4 ans car le cristallin n’est pas encore totalement formé

– Les personnes épileptiques

– Les femmes enceintes (mesure de précaution prise par absence de données médicales concrètes)

– Psychotiques en phase de décompensation

ETUDES PROUVANT L'EFFICACITÉ DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE

Keizer (2016) a réalisé une étude visant à évaluer l’impact d’un traitement par réalité virtuelle sur la dysmorphophobie auprès de patientes atteintes d’anorexie. Le paradigme reposait sur un traitement perceptivo-tactile in virtuo des zones corporelles atteintes par les distorsions cognitives. Les résultats ont démontré une amélioration de l’estimation corporelle et souligne ainsi l’intérêt de la réalité virtuelle dans les stratégies thérapeutiques des troubles des représentations corporelles. Ces résultats ont été corroborés par Serino (2019). Cet auteur met l’emphase sur la rapidité des gains thérapeutiques obtenus lors de l’utilisation de la réalité virtuelle. 

Ferrer-Garcia (2017) est venu explorer le potentiel d’un traitement couplant thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et thérapie in virtuo comparée à une TCC seule. Les troubles pris en charge étaient la boulimie et les accès hyperphagiques. Le traitement TCC-In virtuo a démontré une efficacité significativement supérieure au traitement TCC seul. Les variables évaluées (craving alimentaire, anxiété, attitudes dysfonctionnelles) ont vu leur score diminuer significativement en comparaison au groupe contrôle (TCC).

Recevoir notre livre blanc