Addictions

Les 2 types d’addictions sont ciblés par les dispositifs C2Care :

Addiction à une substance : alcool, cigarette, cannabis, cocaïne.

Addiction comportementale : jeux d’argent, achats.

Les environnements virtuels reproduisant des situations écologiques dans lesquels ont été placés des indices de craving (envie impérieuse de consommer/réaliser un comportement) vont permettre au patient de se confronter à ses difficultés. Par l’exposition à l’objet et/ou indices de l’addiction, le thérapeute viendra travailler non seulement sur les processus cognitifs actifs (pensées permissives, croyances dysfonctionnelles) mais également sur le comportement problématique en leur octroyant les méthodes adéquates pour gérer leur addiction.

découvrez nos
solutions et services

livre blanc TERV thérapie réalité virtuelle

Recevoir notre guide des thérapies en réalité virtuelle

addictions aux substances

Elle trouveront une réponse pertinente à travers les fonctionnalités disponibles : exposition à de multiples indices de craving pour l’alcool, la cigarette, la cocaïne et la marijuana. Les stimuli synthétiques provoqueront les pensées et croyances dysfonctionnelles en lien avec l’addiction permettant de maximiser la restructuration cognitive. Travaillez sur la réponse comportementale problématique en additionnant des exercices de cohérence cardiaque lors de l’exposition aux indices de tentation.

addiction aux jeux d’argent

Elle sera prise en charge grâce à l’immersion dans un casino virtuel. Cette interface comportementale affranchira le clinicien des difficultés de l’exposition in vivo et donnera accès aux processus cognitifs et comportementaux sous-tendant la pathologie ciblée pour un accompagnement total : indices de craving, interactions avec les machines à sous, contrôle sur les caractéristiques émotionnelles des avatars présents dans le contexte de jeu.

Addict Casino environnement 3d

découvrez nos
solutions et services

r&d c2care

C2Care c’est aussi un comité scientifique et un réseau de partenaires. Disposant d’un département scientifique, nous développons et validons nos logiciels dans un souci permanent d’efficacité thérapeutique. Aujourd’hui, nous collaborons avec des Universités et établissements de santé dans la réalisation de travaux expérimentaux sur le traitement des addictions. Plusieurs protocoles expérimentaux sont en cours de réalisation avec nos partenaires :

Le Pr Brousse du CHU de Clermont-Ferrand travaille actuellement sur un protocole expérimental ciblant l’addiction à la cocaïne et les impacts thérapeutiques de l’utilisation de la réalité virtuelle.

D’autres essais cliniques sont également en cours de réalisation avec les équipes du CHU de Nantes et Nice.

Comment se Déroule une séance ?

Lors du traitement in virtuo des addictions, le patient sera exposé aux indices de craving. L’avantage certain de la réalité virtuelle est qu’elle offre la possibilité de multiplier les situations pour permettre la graduation des expositions, allant d’un craving léger à un craving sévère. Les patients vont être immergés dans des contextes venant activer l’envie impérieuse de consommer ou de produire le comportement (casino, bar, appartement). La réalité virtuelle offre la possibilité de reproduire synthétiquement des environnements réels qui seraient difficilement accessibles lors des prises en charge. L’écologie de ces contextes va permettre un traitement multifactoriels. En effet, lors d’un traitement in virtuo en addictologie, le patient, lorsqu’il est confronté aux indices de tentation, va produire des cognitions liées à sa pathologie addictive. Après la mise à jour de ces dernières, le thérapeute apprendra aux patients à les modifier et ainsi venir renforcer ses stratégies de contrôle. Cette méthodologie sera également utilisée pour la prévention de la rechute. D’autre part, via l’exposition in virtuo, le patient pourra en premier lieu bénéficier d’une relaxation pour ensuite être exposé aux situations générant le craving.
Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle pour le traitement des addictions s’adressent aux adultes, adolescents et enfants.

Qui peut être traité ?

Les enfants, adolescents, adultes et personnes âgées peuvent bénéficier d’une Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle.

Des restrictions existent cependant concernant :

– Les enfants de moins de 4 ans car le cristallin n’est pas encore totalement formé

– Les personnes épileptiques

– Les femmes enceintes (mesure de précaution prise par absence de données médicales concrètes)

– Psychotiques en phase de décompensation

LES ETUDES PROUVANT L'EFFICACITÉ DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE

Ghita et al.(2018) ont souligné dans leur revue de la littérature, l’intérêt de la réalité virtuelle dans la prise en charge de l’addiction à l’alcool.

Son et al.(2015) ont réalisé une étude démontrant que les stimuli synthétiques liés aux indices de craving suscitaient une activation du système de récompense permettant de reproduire des états physiologiques semblables à ceux éprouvés en situations écologiques. En d’autres termes, la réalité virtuelle génère un craving semblable à celui rencontré par les patients souffrant d’addiction à l’alcool dans leur quotidien.

Saladin et al. (2006) ont obtenu des résultats semblables en ciblant le craving lié à la cocaïne. Les addictions comportementales bénéficient aussi d’un succès thérapeutique via la réalité virtuelle : Chrétien(2018) a réalisé une étude comparative entre l’exposition en réalité virtuelle et l’exposition en imagination dans la prise en charge de l’addiction aux jeux d’argent. Les résultats ont démontré que l’exposition in virtuo permettait d’accéder à significativement plus de croyances et pensées dysfonctionnelles liées à l’addiction maximisant ainsi les profits thérapeutiques de la restructuration cognitive.