la réalité virtuelle

Au service
de la santé mentale

Thérapie par exposition à la réalité virtuelle(TERV) pour le traitement des troubles anxieux, des troubles du comportement alimentaire et des addictions. Un outil thérapeutique complet basé sur la réalité virtuelle pour les professionnels de santé. Certifié Medical Device de Classe I.

environnements 3d

clients

patients traités

expositions vr

livre blanc TERV thérapie réalité virtuelle

Recevoir notre guide des thérapies en réalité virtuelle

Nos logiciels de terv

TRAITEMENT DES TROUBLES ANXIEUX

Nouvelle vague de l’approche cognitive et comportementale, les thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV) offrent aux patients la possibilité de s’exposer aux stimuli anxiogènes en toute sécurité et en toute confidentialité au sein de votre cabinet.

L’exposition in vivo est une méthode thérapeutique avec une efficacité avérée par de nombreuses études  pour le traitement des phobies et du trouble de stress post-traumatique.

TRAITEMENT DES ADDICTIONS

Les addictions comportementales ainsi que les  addictions aux substances sont des troubles bénéficiant des propriétés thérapeutiques de la réalité virtuelle. Utilisé pour le traitement du craving, les environnements en réalité virtuelle offrent un terrain fertile pour l’avènement des pensées dysfonctionnelles liées à l’addiction. Ainsi, cette nouvelle méthode de prise en charge permet un traitement cognitif et comportemental de l’addiction.

TRAITEMENT DES TCA

La réalité virtuelle apparaît comme une méthode additionnelle pertinente pour le traitement des troubles du comportement alimentaire (TCA). L’intérêt considérable de l’immersion vient maximiser les méthodes classiques d’évaluation et de prise en charge. Les multiples substrats des TCA sont concernés par les objectifs de traitement de cet outil : dysmorphophobie, craving alimentaire, attentes irréalistes, accès hyperphagiques, croyances dysfonctionnelles, distorsions cognitives  et nourriture émotionnelle.

NOS PARTENAIRES

NOS SERVICES

k

Suivi Patient

Visuel instantané sur les séances en réalité virtuelle réalisées avec le patient.

Téléconsultation

Les consultation à domicile sans déplacement.

Annuaire

Gagnez en visibilité en étant référencé en tant que théarapeute auprès des particuliers.

Alexandra LECART Psychologue

Alexandra LECART - Psychologue

Je travailles avec C2Care depuis 2016, toujours à l’écoute d’améliorations constantes de leurs techniques et logiciels, cette équipe est accessible et impliquée, et comme les thérapeutes, a compris l’objet principal, les patients.

Laubry Coralie Psychologue

Coralie LAUBRY - Psychologue

Les TERV nous ont permis d’élargir notre pratique et de faire face à certaines contraintes que nous pouvions rencontrer. Nous notons des effets bénéfiques chez nos patients et nous souhaitons continuer à proposer cette approche thérapeutique.

Laetitia CICUREL Psychologue

Laetitia CICUREL - Psychologue

Quand les patients voient les casques, ils sont souvent étonnés, mais les retours que j’ai c’est de la curiosité et une envie de toucher à cette nouvelle technologie. Ils sont vraiment rassurés par le fait que l’exposition puisse se réaliser virtuellement.

découvrez nos
solutions et services

Qu’est-ce qu’une exposition en réalité virtuelle ?

L’exposition est une méthode comportementale basée sur le principe d’habituation qui se définit comme  la diminution d’une réaction suite à la répétition du stimulus qui la suscite.. Concrètement, il s’agit de confronter selon des règles strictes le sujet aux stimuli déclenchant la réponse dysfonctionnelle afin d’obtenir une extinction de cette dernière via l’activation de l’habituation.

Plusieurs formes d’exposition existent telles que l’exposition par imagination où l’on invite le patient à se confronter par imagination aux situations redoutées (être au volant d’une voiture sur l’autoroute, parler en public lors d’une réunion). Ensuite,L’exposition in vivo où le sujet est placé en situation concrète d’exposition. Par exemple, pour un patient ayant peur des chiens, le thérapeute va d’abord le confronter à un chien de petite taille placée derrière un grillage puis progressivement va diminuer la proximité existante entre le patient et le chien. Enfin, la dernière forme d’exposition existante est l’exposition par réalité virtuelle. Via l’adjuvant informatique et par une concrétisation synthétique d’environnements réels, le patient va pouvoir être exposé à des situations provoquant la réponse émotionnelle dysfonctionnelle. Cette dernière technique à l’atout considérable de combiner les avantages de l’exposition in vivo toute en bénéficiant de qualités singulières (accessibilité des environnements, sécurité, contrôlabilité)

 

Quelles sont les phobies pouvant être traitées par réalité virtuelle ?

Pratiquement toutes les phobies peuvent-être traitées par réalité virtuelle. En effet, si l’on considère les phobies spécifiques, les plus courantes ont été ciblées par C2Care. Des logiciels spécifiques sont ainsi disponibles pour exposer à la peur de conduire (amaxophobie), la peur de l’avion (aviophobie), la peur des hauteurs (acrophobie), la peur des animaux (chats, chiens, insectes), la peur des injections (bélonéphobie), la peur de l’eau (aquaphobie) etc…

Concernant l’agoraphobie, la réalité virtuelle répond présente : supermarché virtuel, métro avec possibilité de moduler le flux de la foule, aéroport, terrasse de café…Pléthore d’environnements sont immédiatement accessibles pour l’exposition. 

La phobie sociale est une pathologie pouvant également bénéficier d’une thérapie par exposition à la réalité virtuelle. Converser avec des agents virtuels, parler en public, être placé sous le regard attentif d’une ou plusieurs personnes sont autant de situations d’expositions rencontrées par la dyade patient-thérapeute au cours d’une prise en charge par réalité virtuelle.

Existent-ils d’autres troubles anxieux concernés par la réalité virtuelle ?

La littérature existante couplée à la réalité de la pratique clinique l’attestent offrent des réponses très encourageantes aux questions des applications thérapeutiques de la réalité virtuelle. Ainsi, nous savons que le trouble de stress post-traumatique est un trouble anxieux pouvant être traité avec succès avec la réalité virtuelle. Cette dernière, grâce à sa souplesse inhérente à ses qualités technologiques, offre la possibilité de recréer artificiellement les contextes traumatogènes. La prise en charge du TOC par réalité virtuelle est également en voie de développement avec un succès escompté. 

L’anxiété existant en tant que substrat émotionnel co-dépendant est une cible privilégiée par la réalité virtuelle. Appréhendée par la relaxation ou par des logiciels spécifiques, les anxieux trouvent une réponse adéquate à leurs maux.

En tant que thérapeute, quels sont les avantages à s’équiper de dispositifs en réalité virtuelle ?

Le thérapeute, en s’équipant de dispositifs permettant la réalisation de thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV), agrémente de ce fait son champ de compétences. En effet, les TERV sont une technique de prise en charge à part entière placée. Adopter cette solution thérapeutique c’est aussi se manifester auprès des prescripteurs et se distinguer des offres de soins les plus pratiquées. De plus, loin de n’être qu’un atout stratégique pour le développement d’un cabinet ou d’un établissement, les TERV bénéficient de la validité scientifique des thérapies cognitivo-comportementales. Dans la réalité de la pratique clinique, c’est un atout favorisant l’engagement thérapeutique grâce à son aspect ludique. De plus, cette technologie offre un gain de temps considérable puisque de nombreux environnements d’expositions sont directement accessibles depuis le bureau du thérapeute.

Hormis les troubles anxieux, quelles sont les pathologies pouvant être traitées en réalité virtuelle ?

Le traitement des addictions, comportementales et aux substances sont des pathologies pouvant être traitées par la réalité virtuelle. En effet, grâce à des stimuli synthétiques placés dans les environnements et provoquant la réponse de craving (ou envie impérieuse de consommer ou d’effectuer un comportement), les patients en situation d’addiction pourront travailler sur leur craving afin d’atténuer la réponse de consommation. De plus, les multiples situations (bar, casino, contexte sociaux) permettent également un travail cognitif sur les croyances dysfonctionnelles en lien avec la singularité de chaque situation de tentation.

Concernant les troubles du comportement alimentaire, les logiciels en réalité virtuelle permettent de cibler des facteurs étiologiques primordiaux tels que la dysmorphophobie, le verrou allocentrique et le craving alimentaire. 

Par ailleurs, nous disposons actuellement dans la prise en charge en TERV, de multiples logiciels répondant aux déterminants psychiatriques, psychologiques et neuropsychologiques importants : relaxation, stimulation cognitive, activation comportementale, habiletés sociales…

L’activation comportementale est un levier thérapeutique majeur dans le traitement de la dépression. En offrant à vos patients la possibilités de revivre les sensations liées aux activités de plaisir autrefois investies (sport, conduite automobile, voyages) vous permettez la stimulation des zones cérébrales en hypo-activation et favorisez ainsi le succès thérapeutique. La réalité virtuelle apparaît comme un médiateur très intéressant pour amorcer l’investissement dans des activités de plaisir. 

Par ailleurs, la stimulation cognitive chez le sujet âgé est aussi une possibilité proposée par la réalité virtuelle. Facilitée par la technologie rendant les activités de stimulation plus ludiques et aisées, les patients et résidents d’EHPAD pourront travailler leurs fonctions exécutives et leur mémoire via des applications créées pour les besoins spécifiques de cette patientèle. 

Quelles sont les patientèles pouvant bénéficier d’une TERV ?

Un des avantages considérable de la réalité virtuelle est qu’elle est effective sur un large spectre de population. Les données existantes de la littérature sur le sujet nous montre que l’on peut tout à fait exposer cette tranche d’âge en réalité virtuelle et ce, avec de réels bénéfices thérapeutiques à la clé. Les études attestent en effet d’une excellente faisabilité et de résultats significatifs dans les prises en charge de troubles anxieux (y compris phobie scolaire), autisme, troubles du comportement alimentaire, troubles neuropsychologiques. Les résultats sont identiques pour les adolescents avec une belle plus-value concernant l’engagement thérapeutique où la réalité virtuelle favorise l’intérêt des adolescents pour leur thérapie. Chez les adultes, les grandes familles pathologiques sont concernées : troubles anxieux, trouble du spectre de l’autisme, addictions, troubles du comportements alimentaires, troubles psychotiques et troubles thymiques. Chez les sujets âgés, les résultats d’études encouragent l’utilisation de la réalité virtuelle dans le but de travailler en stimulation cognitive, sur les troubles du comportements mais aussi les angoisses comorbides.